Les Terroirs

Une Géologie en Mosaïque

Le vignoble d’Alsace repose sur une géologie formidablement variée et complexe. Le vignoble de Soultz ne déroge pas à cette règle. Cette très grande diversité de sols et de roches est due à un phénomène géologique majeur et remarquable survenu il y a deçà 45 à 35 millions d’années durant les ères de l’Eocène et de l’Oligocène : l’effondrement du fossé Rhénan. A l’origine des reliefs des Vosges, de la Forêt Noire et de la plaine d’Alsace que nous connaissons aujourd’hui, ce phénomène a également permis de mettre au jour et de juxtaposer des couches géologiques de nature et d’âge très différents, allant du granite au calcaire, en passant par les roches gréseuses, volcaniques ou schisteuses.

Le Grès en Fil Conducteur

Le vignoble de Soultz et environs s’enracine sur les collines sous-vosgiennes du vallon de Rimbach. Ces collines sont constituées de roches de grès rose formées pendant l’ère du Trias (-250 millions d’années) ou de roches calcaires datant de l’ère du Jurassique (-150 millions d’années) et de l’Oligocène (-35 millions d’années). Façonnées et altérées pendant des milliers d’années par les mouvements géologiques, l’érosion, la formation et la fonte de glaciers, ainsi que par l’activité de la flore et de la faune, ces roches ont donné naissance à toute une diversité de sols (gréseux, calcaro-gréseux, marno-calcaire…). Tous porteurs d’une véritable identité, ces sols constituent le socle et la composante fondamentale d’un terroir viticole.

Les Lieux-Dit : un Patrimoine Vivant

Certains lieux se distinguent par leur âme qui peut résider dans la nature de leur sol, la beauté de leur paysage, leur exposition ou les particularités de leur climat. Lorsqu’ils sont façonnés et entretenus par des générations successives d’hommes et de femmes, sous la forme d’un vignoble par exemple, on parle alors de Terroirs.

A Soultz, ces terroirs ont été délimités il y a fort longtemps en plusieurs Lieux-Dit, ou Crus remarquables. Un document daté de l’an 1575 et issu des registres du Prieuré de Thierenbach fait en effet déjà état de quatre lieux-dit particulièrement intéressants pour la culture de la vigne : « im Hornstein, am Mittelberg, am Orschwillerberg, am Bintzweg » (source : BARTH Médar, Der Rebbau des Elsass, 1958). Ce document rappelle également que les noms des lieux-dit sur les cadastres alsaciens sont hérités de la période germanique de la région.

Aujourd’hui, le Domaine Robert Roth se place en garant de ce patrimoine vivant. Clairement identifiés, trois de ces terroirs ancestraux cultivés au Domaine font l’objet de vinifications parcellaires depuis une trentaine d’années afin de respecter l’identité et la typicité de chacun de ces terroirs remarquables que sont le Mittelbourg, le Hornstein et l’Orschwillerbourg de Soultz.

MITTELBOURG

Le Mittelbourg est le terroir historique de la famille Roth. Son histoire, son identité et surtout la grande qualité de ses vins en font un parfait candidat à la nouvelle appellation Alsace Premier Cru en cours de création.

Mittelbourg

Son Nom

L’origine du nom du Mittelbourg, de l’allemand Mittelberg, « la colline au milieu », vient probablement du fait de sa situation géographique : cette colline est en effet callée à mi-chemin entre la ville de Soultz et la chaîne des Vosges.

Son Paysage

De la forme d’un dôme, ce relief typique du piedmont vosgien culmine à 360 mètres d’altitude. Ses pentes peuvent aller jusqu’à 45 % dans les parcelles les plus raides. Véritable avant-poste, il domine la ville de Soultz et fait face à la plaine d’Alsace, à la Forêt Noire et par temps clair aux Alpes bernoises. Son exposition plein Sud en fait un terroir particulièrement solaire. A son sommet et sur son versant Nord se trouve une forêt d’acacias centenaires ainsi que des anciens vergers.

Son Sol

Sa particularité réside dans la nature de son sous-sol : encadrée par deux failles géologiques, c’est l’unique relief sur roche calcaire de la vallée de Rimbach. Il s’agit de conglomérats calcaires formés pendant l’ère de l’Oligocène (-35 millions d’années). On y trouve également des calcaires durs et plus anciens formés durant le Jurassique (-150 millions d’années) ainsi que des roches de grès rose provenant certainement des massifs gréseux voisins du Mittelbourg. Le sol de type calcaro-gréseux est léger, caillouteux et très peu profond : 30 à 50 cm avant de toucher la dalle calcaire, ce qui contraint la vigne à développer ses racines dans les interstices de la roche pour puiser l’eau déjà rare. La couleur rouge-ocre du sol est également remarquable et est due à l’importante présence d’oxydes de fer.

HORNSTEIN

Hornstein

Son Nom

Le mot Hornstein signifie en allemand « la pierre à cornes » ou « la pierre cornée ». Malgré plusieurs recherches, l’origine du nom de ce lieu-dit reste malheureusement inconnue à ce jour.

Son Paysage

Versant Est de la colline du Mittelbourg, donnant sur le Florival et la ville de Guebwiller, le Hornstein est un côteau baigné par le soleil du matin et donc plus frais que son grand-frère le Mittelbourg. La pente y est régulière et marquée (de 25 à 35 %). D’une altitude moyenne de 330 mètres, il est bordé dans sa partie basse par de petits bois et d’anciennes parcelles de vignes en terrasses laissées à l’abandon après la Seconde Guerre Mondiale ou grignotées par la ville toute proche. Mais sa principale curiosité réside dans sa tour, érigée au XVIIIème siècle sur la partie Nord par la famille De Heeckeren d’Anthès uniquement dans le but d’en faire un lieu de villégiature.

Son Sol

Reposant sur le même socle géologique que le Mittelbourg, à savoir un substrat calcaire de l’Oligocène (-35 millions d’années) avec présence de grès, il en diffère cependant par la nature de son sol caractérisé par une composante en marnes et en argiles plus importante qui en fait un sol marno-calcaro-gréseux. Plus lourd et donc un peu plus riche, il présente également une réserve en eau bien supérieure.

ORSCHWILLERBOURG

Orschwillerbourg

Son Nom

L’origine du mot Orschwillerbourg, de l’allemand Orschwillerberg, n’a rien à voir avec le village d’Orschwiller située dans le Bas-Rhin. Ce nom vient de l’ancien bourg d’Alschwiller (ou Alswiller) établi sur ce site avant d’être rasé au XIIIème siècle. Au fil des siècles, le mot Alschwillerberg, ou « colline d’Alschwiller », s’est progressivement transformé sur les cadastres pour finalement devenir Orschwillerberg, puis Orschwillerbourg.

Son Paysage

L’Orschwillerbourg est une petite butte située entre le plateau de Soultz et le village de Hartmannswiller en contre-bas. En légère pente (environ 5 %) et exposé plein Sud, il est délimité par un ruisseau dans sa partie haute et par des pâtures et des champs dans sa partie basse. Son altitude moyenne est de 260 mètres, soit 100 mètres plus bas que le Mittelbourg pourtant éloigné d’à peine un kilomètre et demi.

Son Sol

Très différent des sols du Mittelbourg et du Hornstein, celui de l’Orschwillerbourg est en effet beaucoup plus jeune. Formé à l’ère du Pléistocène (-2,5 à -0,1 millions d’années), il est composé d’éboulis gréseux, certainement déposés après la fonte du glacier qui occupait la vallée de Rimbach lors des périodes de glaciation. On y trouve de petits fragments de grès roulés ainsi que des galets de quartz. Ce grès retourné à l’état de sable a ensuite été recouvert par les limons issus de l’érosion des montagnes voisines et accumulés sur cette butte. Il en résulte un sol profond mais assez léger de type marno-gréseux à limono-gréseux, riche mais avec une réserve en eau plutôt faible.